Terres de café et Mama Shelter, en collaboration avec la Compagnie des Torréfacteurs, pour le meilleur café…

Une

Jérémie Trigano (Mama Shelter) investit dans Terres de Café

15/02 | Par Yves Vilaginés

Le fondateur des hôtels et restaurants Mama Shelter vient d’entrer au capital de Terres de Café. Voici comment Christophe Servell a réussi à convaincre Jérémie Trigano de devenir son « business partner ».

 

Chez Mama Shelter, et depuis près d’un an, les clients sirotent un café unique, vendu sous le nom de Mama’s Kiss. Ce blend a été spécialement concocté pour les hôtels et restaurants de Jérémie Trigano par un amoureux du café, Christophe Servell, le fondateur de Terres de Café. Aujourd’hui, l’histoire entre les deux entreprises prend un nouveau tournant. Terres de Cafés accueille Jérémie Trigano dans son conseil d’administration. Mais comment Christophe Servell a-t-il réussi a convaincre Jérémie Trigano d’investir dans son entreprise ?

Tout commence par une mise en relation opportune d’un client qui a du nez, le créateur de parfum Rami Mekdachi. « Il est un habitué de notre boutique des Batignolles », confie Christophe Servell. Pour les Mama Shelter, le directeur artistique Rami Mekdachi a élaboré une signature olfactive. Et c’est lui qui a suggéré à Jérémie Trigano de créer son propre café de spécialité. « Il m’a dit : je connais le mec pour faire ton blend », se souvient Jérémie Trigano. Et c’est ainsi que début la relation d’affaires. Terres de Café est donc le fournisseur « officiel » des Mama Shelter partout dans le monde sauf en Turquie pour des questions de droits de douanes, et aux Etats6unis pour des questions de transport. Cette collaboration prendra même en avril une nouvelle dimension avec l’ouverture du premier Coffee shop Mama’s kiss à Bordeaux en face de l’hôtel de la chaîne.

Quelques mois plus tard, Christophe Servell cherche a renfoncer ses fonds propres. Créée en 2009 avec Emmanuel Issaurat, Terres de café possède cinq boutiques en propre mais souhaite également renforcer son réseau, à Paris, puis en province. De même, Christophe Servell veut pouvoir continuer son expansion en BtoB (cafés, hôtels, restaurants, entreprises et via des revendeurs) qui représente 70% de du chiffre d’affaires. Pour cela, il lui faut investir dans un nouveau stock, la logistique, la maintenance… Car terres de café propose un service complet qui va du café à la fourniture des machines.

Jérémie Trigano se penche alors sur les comptes de l’entreprise. Après un mini audit, il se dit qu’après tout, cela pourrait l’intéresser à titre personnel. Via la société holding bien nommée – cela ne s’invente pas ! – Le Gringo, le fondateur des hôtels Mama Shelter apporte 650.000 euros à Terres de Café et prend, au passage, une participation de 35 % au capital. En complément, une levée de dette de 600.000 euros sera réalisée. Ces sommes doivent permettre à la TPE de 15 personnes et 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier, de prendre son envol en France et, demain à l’international.

Terres de cafés lance une Ecole du café

Car Jérémie Trigano qui avoue n’être pas « un investisseur, mais avant tout un entrepreneur », a donc d’ores et déjà influencé le plan de marche de Terres de café. Début mars, l’enseigne ouvrira un nouveau « flag ship » dans le quartier du Marais à Paris. Plus grand que l’ancienne boutique située à quelques mètres, mais aussi plus dans l’air du temps… Les jeunes designers de Dion et Arles signent la nouvelle identité visuelle de la marque. Le chef pâtissier Christophe Felder proposera des petits gâteaux spécialement élaborés. La boutique accueillera également une « Ecole du café » pour former une vingtaine de baristas par an à cet art du café de spécialités, né aux États-Unis et qui peu à peu conquiert l’Europe. Des journées d’initiation seront aussi proposées au grand public.

Ainsi, Terres de Café dessine les contours d’une stratégie haut de gamme. Christophe Servell, petit-fils d’un ouvrier torréfacteur, parcourt le monde à la recherche des meilleurs terroirs, des meilleurs crus, des meilleurs grains. La torréfaction est assurée en Alsace dans l’atelier collaboratif des Cafés Reck. « Mon ambition est de devenir une institution du café, précise le fondateur de Terres de café. Je veux faire du luxe artisanal. » Une démarche à laquelle Jérémie Trigano souscrit totalement. D’ici 18 mois, les deux nouveaux associés envisagent de se lancer à l’international, et pour cela de réaliser une nouvelle levée de fonds.

 

http://m.business.lesechos.fr/entrepreneurs/success-stories/jeremie-trigano-mama-shelter-investit-dans-terres-de-cafe-207314.php

Laisser un commentaire